Pour un Québec numérique libre et ouvert

Les organismes à l’origine du présent manifeste sont préoccupés par différents enjeux de société soulevés par le numérique : l’accès universel à Internet haut débit, la protection de la vie privée et autres droits fondamentaux, l’amélioration de la transparence et de l’imputabilité des institutions publiques, la réduction du fossé numérique entre riches et pauvres, la participation citoyenne et les rapports entre l’État et la société civile dans la démocratie numérique, la pérennité de notre patrimoine numérique, le développement des compétences numériques de tous, le partage des richesses de la nouvelle économie, l’indépendance technologique du Québec, etc. Comme plusieurs autres groupes et simples citoyens et citoyennes, nous sommes impatients de faire valoir notre vision de l’avenir numérique du Québec* dans le cadre d’un grand débat de société qui est aussi inévitable que le numérique lui-même.

Malheureusement, ce débat ne semble pas intéresser notre classe politique. Malgré de nombreuses initiatives communautaires et citoyennes, nous sommes en mars 2014 et le Québec n’a toujours pas de vision, de stratégie ou de plan d’action global pour construire son avenir numérique.

Nous ne sommes pas les premiers à sentir le besoin de provoquer une prise de conscience de notre retard et nous ne sommes pas non plus les premiers à tenter d’initier une discussion sérieuse sur l’état du numérique dans notre société. En effet, en novembre 2012, 13 étonnés signaient un Rapport d’étonnement et tenaient une conférence de presse dans l’espoir d’amorcer un débat de société sur le sujet. Déçus du manque d’intérêt du gouvernement, plusieurs se ralliaient au projet d’Assises nationales du numérique de l’Institut de gouvernance numérique, dont les travaux préparatoires étaient lancés en juin 2013. Ces travaux se poursuivent actuellement dans l’indifférence des milieux politiques.

Rappelons aussi le Manifeste pour un plan numérique québécois de l’organisme Communautique, publié le 16 octobre 2010, dans lequel les auteurs faisaient état de l’inquiétant «laisser-aller du Québec numérique» et dénonçaient «le manque total de vision» de notre classe politique. Le même organisme présentait déjà en décembre 2002 une Plateforme québécoise de l’Internet citoyen, qui proposait des mesures concrètes pour combler le fossé numérique entre les riches et les pauvres et remettre le développement de l’Internet québécois entre les mains des citoyens et citoyennes.

Si la chose était urgente en 2002, en 2010 puis en 2012, nous croyons qu’elle est rendue critique en 2014. Voilà pourquoi nous prenons la voie du manifeste pour alerter l’opinion publique. Voilà pourquoi nous demandons aux candidats et candidates à l’élection générale de se prononcer publiquement sur la question avant le 7 avril prochain et voilà aussi pourquoi nous invitons nos concitoyens et concitoyennes à appuyer notre manifeste.

De quoi s’agit-il au juste ? Pourquoi nous faut-il une politique globale sur le numérique, avec une vision à long terme, une stratégie à moyen terme, un plan d’action à court terme et des institutions spécifiques ?

Pour bien le comprendre, il faut prendre conscience qu’au 21e siècle, les humains vivent de plus en plus en symbiose imparfaite avec la nature et … avec des ordinateurs en réseau. Transversal, le numérique touche à l’ensemble des activités humaines. Il fait partie de notre environnement social et comme notre environnement physique, on l’ignore à nos risques et périls.

Que pouvons-nous faire ? Plusieurs États ont déjà adopté une stratégie numérique reflétant une prise en considération de la philosophie et des principes qui sont à la base du logiciel libre, des données ouvertes, du gouvernement ouvert, du savoir libre, etc., qui tentent tant bien que mal de replacer l’humain, le citoyen et le bien commun au cœur des transformations tous azimuts que le numérique impose aux sociétés humaines. Or au Québec, dans l’état actuel des choses — sans stratégie ni plan d’action global — , ces transformations nous arrivent de l’extérieur plus souvent que de l’intérieur et nos intérêts sont loin d’être pris en compte. En fait d’information et d’informatique, nous ne sommes pas du tout «maîtres chez-nous». Il importe d’agir au niveau politique afin de nous assurer d’exercer le plus grand degré de maîtrise des enjeux du numérique, aujourd’hui comme demain.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Souhaitez-vous prendre part à la discussion ?

Prenez position et signez notre manifeste !

- Communautique
FACIL
Institut de gouvernance numérique
Union des consommateurs
- OKFN Canada

* Visitez les sites des organismes initiateurs du manifeste pour en savoir plus sur leur vision respective de l’avenir numérique du Québec.

PARTAGEZ AVEC VOS AMI(E)S : courriel, diaspora, reddit, identi.ca, facebook, twitter, linkedin, google+